Des “Emplois francs” dans les PO ?

Suite à l’expérimentation menée d’avril 2018 à décembre 2019, le gouvernement a décidé d’élargir le dispositif “emplois francs” à l’ensemble des quartiers prioritaires de la politique de la ville français. Le projet de décret actant cet élargissement – mais aussi l’accès du dispositif aux jeunes accompagnés par les missions locales et le lancement d’une nouvelle expérimentation à la Réunion – doit paraître d’ici à la fin de l’année afin de permettre son application dès le 1er janvier 2020.

Ce dispositif qui aide les employeurs à financer l’embauche de chômeurs issus de quartiers de la politique de la ville a permis l’embauche de 12.000 personnes et sera généralisé à tout le territoire en 2020.

Le dispositif des “emplois francs”, qui vise à favoriser l’embauche de chômeurs des quartiers de la politique de la ville, monte en puissance avec 12.000 contrats fin septembre contre 6.000 fin mai, selon un bilan du ministère du Travail lundi. 

“Il y a une accélération très forte du rythme de signatures hebdomadaires”, selon le ministère, conséquence “d’un pilotage plus serré” et d’une “communication massive” autour de la mesure auprès des employeurs.

Ce dispositif permet à tout employeur, situé ou non en quartier de politique de la ville (QPV), de bénéficier d’une aide de 5.000 euros par an sur trois ans pour une embauche en CDI d’un chômeur habitant dans ces quartiers (et de 2.500 euros sur deux ans pour des CDD d’au moins six mois). 

Expérimentée depuis avril 2018 dans une dizaine de zones, cette mesure avait déjà été élargie en mars à la moitié des 1.500 quartiers prioritaires pour amplifier des résultats quantitatifs modestes.

Elle sera généralisée en 2020 aux QPV de l’ensemble du territoire, selon le ministère qui table sur 40.000 emplois d’ici fin 2020 et a prévu d’y consacrer une enveloppe de 234 millions d’euros l’an prochain.https://travail-emploi.gouv.fr/emploi/emplois-francs/